Communiqué — "Il convient d’agir avec discernement et célérité pour répondre à l’urgence sanitaire"


La situation est devenue intenable. Je soulignais hier l’évolution très inquiétante du taux d’incidence sur le Grand Nancy : le 19 mars nous étions à 219, le 29 mars à 317, et aujourd’hui à 329.

  • Au-delà du taux d’incidence, c'est la situation à l’hôpital qui est aujourd'hui dramatique. Le 19 mars, le CHRU de Nancy comptait 147 patients atteints de la COVID, dont 52 en réanimation. Hier, ils étaient 175 patients positifs à la COVID, dont 60 en réanimation. Aujourd’hui, ce sont 180 personnes qui sont actuellement à l’hôpital, dont 64 en réanimation. 

    La situation est bien plus critique encore qu’elle ne l’était au mois de décembre. Les 102 lits installés en réanimation sont aujourd’hui occupés, le service est saturé. Cela implique l'ouverture de lits supplémentaires en réanimation, et nécessite l'arrivée de nouveaux soignants, ressources humaines dont l'hôpital ne dispose plus. 

    Aussi, il convient d’agir avec discernement et célérité pour répondre à l’urgence sanitaire.

    Les mesures de couvre feu et de confinements partiels locaux n’ont pas réussi à enrayer l’épidémie. Elles sont devenues illisibles et donc inefficaces. 

    J’ai bien conscience de la lassitude de chacun et de l’envie de profiter des beaux jours revenus, mais nous devons désormais agir rapidement pour casser la courbe des contaminations. Il n'est pas possible de laisser l’épidémie prendre des proportions telles que les médecins en soient à devoir trier des patients. Leur alerte doit être entendue et prise au sérieux.

    C’est pourquoi, comme en décembre lorsque la deuxième vague frappait Nancy, il me semble que la mise en place d’un confinement strict et court semble la seule voie efficace. 

    Concernant les écoles, je plaide pour qu’elles soient ensuite rouvertes le plus vite possible, ce qui implique une vaccination des enseignants et des personnels intervenant auprès des enfants, un dépistage massif systématique et régulier des élèves.

    J’en appelle sans délai à l’accélération de la vaccination et la mise en service du méga-centre au Centre Prouvé, à l’approvisionnement suffisant des centres de proximité du département, pour rendre effectif dès à présent l’accès au vaccin à toutes les personnes de plus de 70 ans.

    Mathieu Klein 
    Maire de Nancy 
    Président de la Métropole du Grand Nancy 
    Président du Conseil de Surveillance du CHRU