2 juin 2020 : Plan de résilience métropolitaine : un laboratoire d’idées à Nancy Grand Cœur


Dans le cadre du Projet de plan de résilience métropolitaine, qui constitue une réponse forte à la crise actuelle, des expérimentations vont être menées dans tous les domaines. Ces expérimentations associeront les parties prenantes (professionnels de santé, entrepreneurs, associations, universitaires, chercheurs, urbanistes et tout(e) citoyenne ou citoyen qui voudra s’investir). 

C’est ainsi que la décision a été prise de « lever les crayons » sur la partie de Nancy Grand Cœur qui n’est pas encore aménagée, soit un bon tiers. L’ÉcoQuartier va ainsi devenir un laboratoire d’idées sur le plan de l’urbanisme, de l’écologie urbaine et des mobilités. «  C’est une nouvelle manière de construire la ville. Nous portons un éclairage sur cet espace, adapté aux conséquences de la crise, qui fait le lien entre le centre-ville historique et le quartier Mon Désert », a expliqué André Rossinot, Président de la Métropole, « nous allons reprendre le dialogue avec les professionnel(le)s, notamment celles et ceux qui voudraient revoir leur programme compte-tenu des répercussions de la crise, les habitant(e)s, mais aussi avec la SNCF et la Caisse des Dépôts ». «  Nous devons savoir remettre en cause nos projets pour nous adapter à la nouvelle donne », a ajouté Jean-Pierre Dessein, vice-président en charge du patrimoine et des espaces publics, et Maire d’Art-sur-Meurthe. Ce dernier a annoncé que le déménagement de la caserne des pompiers se ferait dans les temps, à savoir au deuxième semestre 2023 à l’entrée de Saint-Max.

Les deux secteurs concernés (voir plan):

- Le secteur « A » est situé à l’entrée nord de Nancy Grand Cœur. Il relie le Centre Prouvé, la synagogue et la tour Joffre Saint-Thiébaut.

Le secteur « B » se trouve entre la place des Justes et la voie ferrée. Il intègre les principaux aménagements liés aux nouvelles infrastructures : pont des Fusillés, nouvelle rue Edmonde-Charles-Roux, esplanade Charles III.

Une nouvelle concertation

Associant à la fois des architectes, des urbanistes, des ingénieur(e)s, des artistes et des citoyen(ne)s, une concertation va être lancée prochainement. À l’issue, d’autres types de concours pourront être lancés. « Nous souhaitons établir un dialogue entre celles et ceux dont c’est le métier et celles et ceux dont c’est la ville », précise Laurent Hénart, vice-président en charge de l’attractivité et Maire de Nancy, « aucun permis ne sera délivré tant que la concertation ne sera pas achevée ». Et d’ajouter : « Il s’agit du projet entièrement revisité pour s’adapter aux impératifs de la crise sanitaire : transition écologique, habitat, mobilités et espaces publics ».

Malika Dati, vice-présidente en charge des mobilités, estime pour sa part : « Il faut (ré)agir ensemble. L’aménagement de la ville doit continuer à se faire avec les habitants, dans un esprit de concertation que Claudine Guidat avait mise en place avec l’Université de Lorraine pour la Fabrique de Nancy Grand Cœur ». Et André Rossinot de conclure : « Voté à l’unanimité, Nancy Grand Cœur est un chantier vivant que nous devons mener ensemble ».