Chauffage urbain


Chaque année le chauffage urbain de la Métropole chauffe l'équivalent de 26 000 logements. Ce système, géré par le Grand Nancy depuis 1983, délivre actuellement à ses abonnés une énergie d'origine renouvelable et récupérée à 70 %. Grâce à cette démarche, les émissions de gaz à effet de serre sont réduites.

Centrale biomasse de Vandœuvre-lès-Nancy
— Centrale biomasse de Vandœuvre-lès-Nancy

Depuis la création de son premier réseau de chaleur, en 1964, la Métropole a considérablement développé ses réseaux de chauffage urbain sur son territoire. En étendue, mais aussi en qualité, grâce à la valorisation de l'énergie issue de l'incinération des déchets ménagers à partir de 1995, et grâce aux chaufferies biomasse.

La Métropole dispose désormais de 5 réseaux de chaleur : Saint Julien, Kennedy, Blandan/Médreville, Plateau de Haye, Vandœuvre ville et Vandœuvre Brabois. Quartiers résidentiels, établissements scolaires, universités, piscines, hôpitaux, établissements publics et entreprises privées en bénéficient.

Le saviez-vous ?

En 2017, les réseaux de chaleur de Saint Julien, Kennedy et Vandœuvre ville ont été labellisés Ecoréseaux de chaleur par l'association Amorce sur la base des données de l'année 2016. Ce label national évalue les 3 critères du développement durable : le critère environnemental, le critère économique et le critère social. Une belle distinction pour ces deux réseaux de chaleur de la Métropole.

Le réseau s'agrandit ! La Métropole  entre dans une phase de développement de son réseau de chauffage urbain. En 2018, près de 6 km de canalisations vont être créés pour relier les communes de Villers-lès-Nancy et Laxou au réseau issu de la chaufferie de Vandoeuvre ville. Les travaux s'organiseront en plusieurs phases. 

Chauffage urbain : comment ça fonctionne ?  Un réseau de chaleur se compose de :

  • une ou plusieurs centrale(s) de production de chaleur
  • un réseau de transport d'eau chaude et de vapeur
  • une sous-station qui permet de délivrer la chaleur dans le bâtiment

Focus

Centre de valorisation des déchets

Le centre de valorisation des déchets situé à Ludres, incinère les ordures ménagères des habitants de la Métropole et délivre à la chaufferie de Vandœuvre-lès-Nancy la chaleur nécessaire au chauffage de 7 700 foyers, permettant ainsi de limiter le recours à d'autres combustibles.

Quels sont les atouts du chauffage urbain ? 

  • Respect de l'environnement : faibles émissions de gaz à effet de serre
  • Continuité du service et fiabilité technique des installations
  • Tarifs compétitifs et stables
  • Mixité énergétique : utilisation de différents combustibles
  • Installation technique simple, sûre et compacte chez l'abonné(e)

Le chiffre

10%

Le chauffage urbain dans le Grand Nancy présente à ses abonnés des tarifs compétitifs à l'échelle nationale. Le réseau du centre ville de Vandoeuvre fait ainsi partie des 10 % des réseaux les moins chers de France !

Et côté transition énergétique ? La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe des objectifs énergétiques à l'horizon 2030, tels que :

  • la réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990
  • la diminution de 30 % de la consommation d'énergies fossiles par rapport à 2012
  • une couverture à hauteur de 32 % de la consommation énergétique finale par des énergies renouvelables
  • une multiplication par 5 de la quantité de chaleur d'origine renouvelable et de récupération livrée par les réseaux de chaleur

Le bâtiment constitue un secteur d'action prioritaire : il représente environ 40 % de la consommation d'énergie finale française et près de 25 % de la production de CO2. Dans ce cadre, la Métropole poursuit l'extension du service public de chauffage urbain, solution vertueuse, compétitive et pérenne.

Infos pratiques

La Métropole a confié l'exploitation de ses réseaux par contrats de délégation de service public. Le réseau de Vandoeuvre et sa périphérie sont gérés par la société Seev. Le réseau Grand Nancy (hors Vandoeuvre et sa périphérie) est confié quand à lui à la société Estia (filiale de la société Dalkia). 

Actualités


Sécheresse renforcée en Meurthe-et-Moselle






Inauguration de la Maison du projet le 30 juin dernier